• Week-end de reconnexion à La Femme Sacrée

    Posté le 22 septembre 2016 par Stéphanie dans Blog.

    amrita_sger-gil_brides_toilet

    Bride’s Toilet – Amrita Sher-Gil

    Vendredi  16 septembre je suis partie pour un stage de développement personnel animé par Marie Jésus Sandoval.(http://www.esprittantra.org/seminaires-et-ateliers/feminin-sacre.html,1,51,6,0,0#.V-PzM61e-b8)

    amrita1On m’avait parlé d’elle et de ce qu’elle arrivait à « accoucher » chez les femmes qui croisaient son chemin. Donc dire que je n’avais pas d’attentes serait faux. Mais dire quelles étaient réellement mes attentes serait compliqué.

    En effet, j’y allais d’humeur joyeuse et joueuse, pour voir, entendre et surtout vivre Le Féminin. D’ailleurs je me demandais bien alors ce qu’était le Féminin…

    Départ en co-voiturage avec 3 femmes. L’ambiance féminine se posera doucement durant tout ce voyage. Au volant, je me laisse bercer par les propos de mes compagnes, leurs voix, leurs rires, leurs silence…

    De l’autoroute, grande voie que je suis sans réfléchir, comme hypnotisée par cet énorme chemin qui s’offre à moi, régulier, calme, sécurisant, je passe progressivement à des nationales, puis des départementales plus étroites. Le chemin devient nécessairement plus conscient, plus compliqué, plus personnel. A moi d’appréhender au mieux les virages qui s’annoncent parfois au dernier moment, les nids de poule qui me surprennent, la pluie qui tombe pareille à des larmes sur mon pare-brise…

    Plus d’attention devient alors nécessaire.

    Être plus centrée, pour ce voyage vers ce magnifique lieu qu’est le Domaine du Chateau de Roche Sur Linotte. chateau

    Comme si je devais m’alléger de ma vie parisienne, de mon raffut habituel, pour doucement intégrer ce monde de Femmes.

    S’épurer pour rejoindre le cocon du weekend. Un retour à l’essentiel en quelques kilomètres.

    Je prends possession des lieux, chambre, salle de vie et pièce de « travail » (au sens maïeutique du terme), ainsi que de mes compagnes d’un temps.

    40 femmes qui pour un weekend vont vivre l’intimité du cœur et du corps ensemble.

    Autant dire que les groupes de femmes, ce n’est pas forcément mon élément.

    J’ai peur de la femme car au premier abord je lui trouve plein de « défauts », de petites choses qui me gênent, m’indisposent…

    Le souci est que je suis, moi aussi, une femme et que ces 40 miroirs dressés face à moi ne font que me renvoyer, dans les multiples reflets de leurs êtres, ma propre image.

    Suis-je dans le jugement de l’autre femme ? Suis-je sur la défensive? Suis à distance de l’Autre ? Ai-je envie d’une intimité avec toutes ? Suis-je dans le même jeu de séduction qu’avec l’Homme ? Suis-je là encore dans la recherche du « Regarde-moi et dis moi que tu m’aimes » ? Suis-je déjà ou toujours dans la dépendance au regard de l’autre ?

    Le premier contact se fait. Je suis heureuse d’être venue avec mes amies, ça me sécurise. Premier repas.

    Première soirée. De la danse, beaucoup de danse. Du mouvement, de l’énergie qui monte, qui pétille. De la chaleur en soi et autour de soi. De la sueur. J’aime quand mon corps se couvre d’eau, quand des profondeurs de mon être ressurgissent ces sources enfouies.

    moi

    Première nuit. Placer sous son oreiller l’intention pour laquelle nous sommes réellement venues à ce stage. Ne pas se mentir et dormir…

    8h : méditation active. A nouveau on saute, on bouge, on laisse le corps s’expanser sans plus réfléchir au paraitre.

    Des corps qui exultent dans cette danse de vie. Des corps qui, pris dans un tourbillon, permettent au mental de lâcher prise et de s’ouvrir aux possibles.

    Puis diverses structures (ateliers) pour nous prendre la main et nous ramener à nous, Femmes.

    Des danses en cercle, des cris, des hurlements, et quelques pleurs.

    Des femmes qui le temps d’un weekend déposent les armes… ou les prennent… je ne sais plus bien.

    Des cercles de parole, où l’intime de chacune s’épanche avec pudeur mais profondeur, où les joies se mêlent aux souffrances, les rires aux larmes.

    Des visions de Femmes Guerrières qui, si elles se redressaient, ensemble, feraient trembler le Monde sous leurs pieds et danser les âmes primitives sur la musique de leurs chants gutturaux et mélodieux.

    Des visions de lignées féminines marchant dans mon dos, se relevant d’années de silence, reprenant au travers de moi leur pouvoir et leurs voix et me soutenant dans ce chemin de re-découverte.

    Une cérémonie nocturne émouvante, soir de pleine lune, pour célébrer, pleurer et nettoyer les yonis trans-générationnelles. (La yoni terme sanskrit qui désigne l’organe génital féminin et donc le lieu où réside l’énergie sexuelle féminine)

    img_2838

    Beaucoup de bienveillance et la décision de laisser aller la souffrance et de la remplacer par de la douceur, beaucoup de douceur.

    Un dimanche pluvieux où enfin après la communion des esprits et des âmes nous allons approcher celle des corps. Enfin être prise dans les bras, bercée, massée…

    Une magnifique cérémonie de femmes qui se conclura par un temps en extérieur sous la pluie où nous irons nous rouler dans l’herbe humide de cette pluie froide d’automne qui n’aura pas cessé de tomber.

    cercle

    Dire que j’ai été à l’aise tout au long de ce weekend serait mentir. Mais j’ai progressivement baissé la garde et accepté cette rencontre avec cette part de moi-même que j’ai souvent négligé : le Féminin.

    L’écouter, le respecter.

    Entendre ses « oui » mais aussi ses « non ». Entendre que j’ai le pouvoir de dire « oui », pleinement.  « Oui » à la vie, à ma sensualité, à mon énergie, à mon plaisir, à mes rencontres. Mais aussi le même pouvoir de dire « non ». Et que l’un comme l’autre se respecte. Et que même, l’un ne va pas sans l’autre.

    Re-découvrir mon corps et accepter d’en faire un « temple sacré » dont rien n’est à brader.

    Accepter de faire confiance aux autres Femmes et de laisser mes peurs de coté pour pouvoir aller à leur rencontre.

    Descendre visiter mes zones d’ombre et le rapporter à la lumière. Les poser en plein soleil et les laisser respirer.

    Aérer mon âme et dépoussiérer mon cœur.

    Secouer le corps.

    Bref un grand ménage de pleine lune et d’équinoxe.

    Une belle parenthèse dont je suis ressortie encore plus vibrante, encore plus vivante, encore plus en amour de Moi et des autres.

    img_1224

    Namasté

    Mots clés : ,